Le Blog de l'ADMD - Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité

Bienvenue sur le blog de l'ADMD.
L'ADMD compte 55088 adhérents au 23 avril 2014.
L'ADMD est membre de la RtD-E (Europe) et de la WFRtDS (Monde).


Recherche



VIDÉO. Le président de l'ADMD - TV5 Monde - 27/2/14

VIDÉO. Le secrétaire général de l'ADMD - France Info - 6/2/14












COMITÉ D'HONNEUR DE L'ADMD

Vendredi 11 avril, Itinéraires Découvertes invitait le public de La Doline à une conférence sur la fin de vie.


Sébazac-Concourès. «On veut qu'on ait le choix de mourir sereinement» - La Dépêche du Midi
LIRE L'ARTICLE COMPLET SUR LE SITE DE LA DÉPÊCHE DU MIDI EN CLIQUANT ICI

Extrait : Vendredi 11 avril, Itinéraires Découvertes invitait le public de La Doline à une conférence sur la fin de vie.

Jean-Luc Romero, conseiller régional d'Île-de-France, politique engagé dans plusieurs associations de lutte et de prévention du sida, du respect du droit des personnes séropositives, du combat dans le respect des homosexuels et du mariage pour tous, du combat acharné pour le combat de mourir dans la dignité, présidait cette soirée.

L'association ADMD (Association du droit de mourir dans la dignité) dans laquelle il milite a 34 ans d'existence et regroupe 54 000 personnes, le chiffre le plus élevé de toutes des associations d'éthique. C'est dire l'intérêt du public pour cette cause.

Jean-Luc Romero et son association demandent une loi qui place le patient dans son souhait. Aujourd'hui, on ne donne pas la parole aux citoyens. Le sujet est l'exclusivité de parlementaires médecins, grands mandarins, très fréquemment influencés par la religion. Pourquoi l'ordre des médecins ne pourrait pas avoir son mot à dire ? D'autant qu'un pourcentage important de médecins serait favorable à aider les gens à mourir dignement.
Rédigé le Mercredi 23 Avril 2014 à 11:01 | Commentaires (0)

Parole d'adhérent de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité.


Fin de vie : "J’ai accompagné plusieurs personnes de ma famille, leur fin de vie a été difficile"
"J’ai accompagné plusieurs personnes de ma famille, leur fin de vie a été difficile, sans qu’aucune possibilité de choix ne leur soit laissée, sans véritable accompagnement, sauf exception.
Ces expériences ont été très douloureuses. Elles m’ont conduite à prendre la décision d’adhérer à l’ADMD pour affirmer mon droit de mourir dans la dignité et mon engagement à agir pour faire respecter les volontés de ceux que je serai peut-être encore amenée à accompagner, avant ma propre mort.
Avec l’ADMD, je réclame le vote d’une loi qui donne à chaque citoyen le droit au respect de son choix de mourir dignement"

Nicole Maire (70 ans et habitant le Rhône)
Rédigé le Mercredi 23 Avril 2014 à 08:21 | Commentaires (0)

Françoise a respecté les promesses qu'elle avait faites, quelques décennies auparavant, à son mari : "Aider l'autre à partir, s'il devait arriver quelque chose". Lorsque ce jour est arrivé, elle ne s'est pas défilée.


Témoignage : "Comment j'ai aidé mon mari à mourir" - Var Matin
LIRE L'ARTICLE COMPLET SUR LE SITE DE VAR MATIN EN CLIQUANT ICI

Extrait : Février 2013. Trois personnes dans un appartement azuréen. Un homme de 56 ans, que nous appellerons Paul (1), sa compagne, Françoise, un autre homme, étranger au couple. Le premier va mourir dans quelques minutes. Cela fait des mois qu'il appelle cette fin de vie depuis des mois. Depuis ce jour où on lui a annoncé qu'il souffrait d'une maladie neurodégénérative. Incurable, irrévocable, invalidante et sans espoir. Il a su immédiatement ce qui l'attendait. Alors, il a demandé à sa femme de respecter les promesses qu'ils s'étaient faites, quelques décennies auparavant : « Aider l'autre à partir, s'il devait arriver quelque chose». Lorsque ce jour est arrivé, elle ne s'est pas défilée.
Elle n'est pas une militante. Elle se décrit seulement comme une « femme libre ». Et amoureuse, follement amoureuse de son compagnon. Au point de souhaiter en silence qu'il reste auprès d'elle jusqu'à son dernier souffle. Même dégradé, même incontinent, même paralysé… « Mais, je l'aimais tellement que j'ai combattu mon égoïsme. Pour lui, je l'ai fait…»

Rédigé le Mardi 22 Avril 2014 à 15:01 | Commentaires (0)

Le président de l'ADMD sera l'invité de "Ma Libre Antenne" le 29 avril à 18h30 et vous pouvez déjà lui poser toutes vos questions EN CLIQUANT ICI


Rédigé le Mardi 22 Avril 2014 à 14:51 | Commentaires (0)

La doxa de la Santé place le patient, l’usager, le citoyen, la personne au centre de l’organisation sanitaire. La loi du 4 mars 2002 (loi Kouchner) a fait émerger des concepts nouveaux concernant les droits du patient dans le système sanitaire.


Analyse de la démocratie sanitaire - Par Daniel Carré
Depuis 12 ans des évolutions importantes ont été apportées par la loi du 22 avril 2005 (loi Leonetti) et la loi du 5 mars 2007 (protection de la personne).

L’usager est au centre du système : sans lui, ni médecine, ni accompagnement social. Le concept de Démocratie Sanitaire, troisième pilier de la Stratégie Nationale de Santé proposée par le Gouvernement, concerne tous les acteurs. Cependant l’usager du système en est un élément singulier, car il est à la fois l’objet, le sujet et l’acteur de l’organisation de la santé lorsqu’il devient patient. Parler de Démocratie Sanitaire, c’est parler du mode d’exercice du pouvoir dans l’univers sanitaire, qui implique un partage entre pouvoir politique, pouvoir professionnel et pouvoir citoyen.

Rédigé le Mardi 22 Avril 2014 à 13:03 | Commentaires (0)

Parole d'adhérent de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité


Proposition 21 : "Merci de tenir vos promesses MONSIEUR LE PRÉSIDENT."
"Souffrant de diverses pathologies, on m'a découvert il y a 8 mois une tumeur cérébrale certes bénigne mais très mal placée, mais si elle grossit, elle provoquera une paralysie et un coma, les risques opératoires sont exactement les mêmes donc je ne souhaite surtout pas prendre ce risque. Je demande donc le suicide assisté le moment venu espérant bien que la loi soit votée très rapidement afin de ne pas être obligée d'aller en Suisse ! Merci de tenir vos promesses MONSIEUR LE PRÉSIDENT."

Viviane Imbert (53 ans et habitant le Rhône)
Rédigé le Mardi 22 Avril 2014 à 11:00 | Commentaires (0)

Parole d'adhérent de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité.


Fin de vie : "Pour que la violence d'un suicide nous soit épargnée."
"Pour que le milieu médical n'ait plus le droit de vie et de mort sur nous, en ne nous proposant que deux alternatives : suivre les traitements ou les refuser ce qui nous condamne au couloir de la mort.
Pour que les êtres qui nous sont chers n'aient pas à intervenir pour mettre en œuvre une décision qui est la nôtre.
Pour que la violence d'un suicide nous soit épargnée.
Pour qu'une mort choisie soit accessible à tous et non réservée à une élite souvent aisée et en lien avec le milieu médical.
Je soutiens l'action de l'ADMD et souhaite qu'une loi pour le suicide assisté soit rapidement mise en œuvre.
Je suis atteinte d'un cancer du sein métastasé et vis ma troisième chimiothérapie."

Christine Pain-Simon (60 ans et habitant Quimper)
Rédigé le Samedi 19 Avril 2014 à 10:21 | Commentaires (0)

"Un voyage", le dernier film de Samuel Benchetrit sort le 23 avril, sacrifie à un thème ô combien d’actualité. A quelques semaines de la remise du rapport de synthèse du CCNE sur la fin de vie, il revient sur la question du suicide assisté relancée par les propositions de la Conférence citoyenne en décembre dernier.


Peut-on imaginer les deniers jours d’une personne condamnée par la médecine et ayant opté pour un suicide assisté en Suisse ? A priori, non. Samuel Benchetrit prend pourtant ce risque, il a cette audace.
Rédigé le Samedi 19 Avril 2014 à 09:53 | Commentaires (0)

Excellent accueil le 18 avril à la galerie marchande d'Intermarché à Varennes-Vauzelles, distribution massive de tracts à un public intéressé par nos revendications.


L'ADMD de la Nièvre continue ses tractages, bravo à nos militantes!
Nous avons eu le grand plaisir d'accueillir une adhérente de 92 ans, madame Nozet, venue participer à notre présence pour cette cause que nous défendons, cette loi de liberté.

Mme Jacqueline Guichené, déléguée pour la Nièvre
15, rue des Montapins
58000 Nevers
Tél : 03 86 59 14 05 / 06 07 68 70 47
Courriel : admd58@admd.net
Rédigé le Samedi 19 Avril 2014 à 09:00 | Commentaires (0)

Parole d'adhérent de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité.


Fin de vie : "La vie est faite pour l’Homme et non l’Homme pour la vie."
"C‘est comme chrétienne que j’écris. Si Dieu est Amour, le cadeau de notre vie n’est soumis qu’à une seule règle : le respect de l’autre, de soi, dans l’amour, ce qui veut parfois dire, le choix de l’euthanasie. Toute idole est à bannir, y compris la vie simplement biologique."
Monique Tétreau ( 64 ans et habitant le Rhône)
Rédigé le Vendredi 18 Avril 2014 à 12:03 | Commentaires (0)

"Dans un pays comme le nôtre, dans notre France qui défend sans cesse "les droits de l'homme", nous ne pouvons même pas disposer de notre corps..."


Mon compagnon vient de mourir, il s'est suicidé...Militant de l'ADMD, il aurait voulu mourir dans "la dignité", mais cela n'a pas été possible...Souffrant depuis plusieurs années, de douleurs invalidantes, il suppliait les médecins de l'aider et personne n'a accepté, prétextant que la loi ne le permettait pas! Nous avions voté pour vous, Monsieur Hollande, en espérant que vous seul, étiez capable de faire comprendre à l'Assemblée nationale (proposition 21 de vos engagements) que celui qui le DEMANDE pourrait disposer de sa vie, qui après tout lui appartient.
Dans un pays comme le nôtre, dans notre France qui défend sans cesse "les droits de l'homme", nous ne pouvons même pas, disposer de notre corps, comme dans d'autres pays, moins conservateurs et plus intelligents! Il ne s'agit pas de tuer tous les "petits vieux", il s'agit de respecter le désir de chacun...Mon compagnon aurait pu bénéficier d'une potion létale ou d'une injection qui aurait mis fin à son long calvaire...Mais non !!! Il n'a pas eu le choix ; avec son fusil de chasse, il s'est donné la mort avec une balle en plein cœur !!!
Régine Hernandez
Rédigé le Vendredi 18 Avril 2014 à 10:08 | Commentaires (0)

Les adhérents du Puy-de-Dôme demandaient depuis longtemps des informations sur la fin de vie en Suisse : Jacqueline Jencquel, administratice de l'ADMD, est venue le 15 avril leur expliquer dans quels cas bien précis, ils pourraient demander un suicide assisté en Suisse.


Réunion d'information sur la fin de vie en Suisse, à Clermont-Ferrand
En attendant l'évolution de la loi française du 22 avril 2005, beaucoup sont donc rentrés chez eux rassérénés.
Rédigé le Jeudi 17 Avril 2014 à 12:44 | Commentaires (0)

L'ancien médecin bayonnais devra répondre devant une cour d'assises de sept empoisonnements présumés de patients en fin de vie.


Accusé d'euthanasie, l'urgentiste Bonnemaison radié de l'ordre des médécins - Libération
LIRE L'ARTICLE COMPLET SUR LE SITE DE LIBÉRATION EN CLIQUANT ICI

Extrait : La radiation de l’urgentiste bayonnais Nicolas Bonnemaison, accusé d’avoir empoisonné sept patients en fin de vie et qui comparaîtra en juin devant les assises, a été confirmée en appel, indique mercredi le conseil de l’ordre des médecins. En janvier 2013, la chambre disciplinaire de première instance de l’Ordre des médecins d’Aquitaine avait radié le médecin, qui avait fait appel. La chambre disciplinaire nationale de l’Ordre des médecins, à Paris, a entendu Nicolas Bonnemaison le 1er avril et a confirmé la radiation, selon une décision rendue publique le 15 avril et communiquée mercredi.

Rédigé le Jeudi 17 Avril 2014 à 11:30 | Commentaires (0)

Vous pouvez agrandir l'image en cliquant dessus.


Dessin militant ADMD. La proposition 21 toujours aussi attendue par les français...
Rédigé le Mercredi 16 Avril 2014 à 20:41 | Commentaires (0)

Dans la lignée de l’affaire Vincent Lambert, dont les parents sont très traditionalistes.


L’euthanasie, nouveau cheval de bataille des intégristes - Libération
LIRE L'ARTICLE COMPLET SUR LE SITE DE LIBERATION EN CLIQUANT ICI

Extrait : Depuis dix ans, dans les affaires d’euthanasie, le débat public était clair : on voyait s’affronter le monde des soins palliatifs et des associations de citoyens se battant pour le libre choix de la mort. Avec l’affaire de Vincent Lambert (1), tout est devenu atypique ; pour la première fois, ce sont les milieux catholiques traditionalistes qui, non seulement, sont montés au créneau les premiers, mais ont été à l’origine de la révélation de ce drame, puis des différents épisodes. Activant, pour cela, leurs réseaux sur le Net.
Ainsi, avant tous les médias, c’est l’Association catholique des infirmières et médecins qui a réagi la première, le 13 mai 2013, à l’audience du tribunal de Châlons-en-Champagne, demandant à l’hôpital de Reims de réalimenter Vincent Lambert : «C’est bien à une tentative d’assassinat à petit feu effectuée par des médecins qu’a échappé Vincent Lambert grâce à sa famille avec laquelle nous avions eu des contacts», dit l’association que dirige Jean-Pierre Dickes.


Rédigé le Mardi 15 Avril 2014 à 18:45 | Commentaires (0)
1 2 3 4 5 » ... 132

ADMD-Ecoute : 01 48 00 04 92
Lundi au vendredi de 10h à 19h - samedi de 10h à 12h
Permanence juridique de 17h à 19h







Cliquer sur l'image pour consulter nos dessins militants.



Rapports d'activité - Exercice 2012