Le Blog de l'ADMD - Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité

SUIVEZ EN DIRECT LE LANCEMENT DE L'ADMD TOUR !
Compte Twitter : @JeunesADMD - #AdmdTour


L'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité vous présente le programme de l'ADMD Tour !
Pour la première fois des jeunes s’engagent dans une tournée nationale pour parler « fin de vie » sans tabou !
La Team de l’ #AdmdTour vous accueillera sur son stand devant le minibus où sera installé un espace convivial pour échanger avec les visiteurs.

Elle sera présente pour répondre à leurs interrogations et des goodies leurs seront distribués.

Suivez l'actu de la Team #AdmdTour via Facebook ÉVÉNEMENT FACEBOOK



LE PROGRAMME :

Lancement de la tournée le mardi 30 juin 2015 à Paris. Clôture de la tournée à Lille, le dimanche 26 juillet 2015

Le Bus de Liberté sera ouvert entre 12 heures et 17 heures, sur les villes du parcours.


Mardi 30 juin 2015
Etape 1 : Paris
Place de la République

Retrouvez les Jeunes de l’ADMD pour un lancement de la tournée au cœur de Paris, avec une émission de télévision (Ma Chaine Etudiante) en direct autour du Bus de la Liberté, avec l’Ours Max et des goodies….

>> En région, suivez en direct dès 14h, le lancement de l’#AdmdTour sur DAILYMOTION

>> ÉVÉNEMENT FACEBOOK


Mercredi 1er juillet
Etape 2 : Dijon (Côte d’Or)
Place de la République

Jeudi 2 juillet
Etape 3 : Lyon (Rhône)
Place Antonin Poncet
Rédigé le Mardi 30 Juin 2015 à 14:33 | Commentaires (5)

La caravane estivale de l'ADMD est lancée ce mardi à Paris. Les jeunes de cette organisation favorable à l’euthanasie et le suicide assisté vont sillonner les grandes villes et des stations balnéaires jusqu’au 26 juillet pour sensibiliser au thème de la fin de vie.
Compte Twitter : @JeanLucRomero


Fin de vie : Pour Jean-Luc Romero : «la loi doit être pour les gens, pas pour les médecins» - 20 Minutes
LIRE L’ARTICLE COMPLET SUR LE SITE DU JOURNAL 20 MINUTES EN CLIQUANT ICI.

Extrait : Considérez-vous qu’en vacances les Français sont prêts à parler de la fin de vie ?

100 % des Français vont mourir, et c’est pourquoi la fin de vie concerne tout le monde. Il y a un énorme besoin de parler de ce thème, et il y a aussi une souffrance : Même si les personnes expriment leur désir concernant leur fin de vie, qu’ils font part de directives anticipées, celles-ci ne sont pas assez prises en compte par le corps médical ou la famille, comme dans le cas de Vincent Lambert. On décide trop souvent pour eux, et c’est un drame.

Pourquoi, selon vous, ne respecte-t-on pas le choix des personnes en fin de vie ?

Il y a un discours paternaliste dans ce domaine, alors que de nombreux sondages montrent l’adhésion des Français à une évolution sur l’euthanasie. Mais les politiques ne veulent pas le prendre en compte. En France, ils nous sermonnent avec des « y’a qu’à faut qu’on », ils accouchent de textes de lois qui ressemblent à des souris avortées : la loi Leonetti de 2005 [qui indique que les traitements ne doivent pas être poursuivis par une « obstination déraisonnable » et fait obligation de dispenser des soins palliatifs], celle de 2008, la proposition de loi Claeys-Leonetti [«créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie »] de 2015 sont bien faibles…

Sans parler des plus durs au Sénat qui se moquent de la souffrance des gens. [Le Sénat, à droite, a rejeté le 23 juin la proposition de loi Claeys-Leonetti, alors que la commission des affaires sociales de la Haute assemblée s’était mise d’accord sur un texte]. La loi doit être pour les gens, pas pour les médecins.
Rédigé le Mardi 30 Juin 2015 à 12:43 | Commentaires (0)

Avant la réunion, une délégation ADMD 70 s’est rendue à Frahier au domicile de notre doyenne Madeleine Trappler, 101 ans, pour une visite amicale.


Patricia Maitret, déléguée pour la Haute-Saône, avec l'équipe de l'ADMD 70
Patricia Maitret, déléguée pour la Haute-Saône, avec l'équipe de l'ADMD 70
• Bilan de la semaine de mobilisation en mars :
Des tracts ADMD ont été distribués sur les marchés de Lure et d’Héricourt. La population approuve majoritairement notre choix de mourir dans la dignité mais cela ne se traduit pas encore en adhésions. Aussi il est important que chacun d’entre nous fasse connaître notre association à ses proches, ses amis,…
• Nouvelle loi des députés Claeys et Leonetti sur la fin de vie

Monsieur le député, Jean-Michel Villaumé, rappelle les principes de la loi de consensus et les quelques avancées positives : meilleure prise en compte des directives anticipées, pas d’acharnement thérapeutique. Il signale qu’il avait signé l’amendement présenté par Jean-Louis Touraine (non voté) qui accordait sous certaines conditions une aide médicalisée active à mourir.
Rédigé le Mardi 30 Juin 2015 à 09:07 | Commentaires (0)

Les 16 et 17 juin, Jane Chaussy, déléguée nationale en charge des GRE/GSE a animé deux réunions sur ce thème en Haute-Garonne.


Jane Chaussy explique le rôle des groupes d'entraide
Jane Chaussy explique le rôle des groupes d'entraide
Une cinquantaine d'adhérents étaient présents à Toulouse et le lendemain, une dizaine, à Saint-Gaudens pour une riche discussion. Jane a posé clairement les règles de fonctionnement, les modalités de constitution, et les objectifs poursuivis.
Notre déléguée nationale a répondu aux questions qui lui avaient été transmises et ainsi nous a fait part de sa longue expérience dans cette responsabilité.

Cette rencontre a permis également de poser les questions d'actualité que soulève le devenir du texte gouvernemental sur la fin de vie.

Mme Paule Villette, déléguée pour la Haute-Garonne
Résidence Le Clos des Vignes - Appt 6
37, rue du MATET
31220 MATRES TOLOZANE
Tél : 06 08 03 68 60
Courriel : admd31@admd.net
Rédigé le Dimanche 28 Juin 2015 à 13:07 | Commentaires (0)

Comme chaque année les jeunes de l'ADMD ont tenu un stand militant au Festival Solidays, et encore une fois ce fut un succès !
Compte Twitter : @JeunesADMD


Anne Hidalgo, François Bayrou, Jean-Paul Huchon et Claude Bartolone sur le stand des jeunes de l'ADMD aux Solidays !
Rédigé le Samedi 27 Juin 2015 à 21:09 | Commentaires (0)
A noter dans votre agenda ! La 35e assemblée générale de l'ADMD aura lieu le 12 septembre 2015 à Annecy.
Samedi 12 septembre 2015

08h45 : Ouverture des portes de la salle Pierre-Lamy et ouverture des bureaux de vote

09h15 : Accueil par Jean-Luc Romero, président de l’ADMD

Accueil par Cyril Journet, délégué de l’ADMD pour la Haute-Savoie

09h30 : Début de l’assemblée générale extraordinaire

10h00 : Annonce des résultats du vote par M. Christophe Michel, secrétaire général de l’ADMD

10h15 : Début de la 35ème assemblée générale
Présentation du rapport moral par M. Jean-Luc Romero, président de l’ADMD
Présentation du rapport d’activités par M. Christophe Michel, secrétaire général de l’ADMD
Présentation du rapport financier par Mme Claire Bazin, trésorière de l’ADMD
Présentation du rapport du commissaire aux comptes par M. Michel Coquel, commissaire aux comptes

11h45 : Annonce des résultats du vote par M. Christophe Michel, secrétaire général de l’ADMD

12h00 : Déjeuner

14h00 : Suite de la 35ème assemblée générale
Accueil par Jean-Luc Romero, président de l’ADMD
Intervention de Jean-Luc Rigaut, maire d’Annecy
Intervention de Roger Kusch, de Sterbehilfe Deutschland
Intervention de Sandra Martino, de Dignitas
Intervention de Madeleine Schleiss, de Ex International
Intervention de Jérôme Sobel, de ADMD Suisse romande
Intervention de Bernhard Sutter, de Exit – Deutsche Schweiz
Intervention de Christophe Michel, secrétaire général de l’ADMD, président des Jeunes ADMD
Clôture par Jean-Luc Romero, président de l’ADMD

17h00 : Fin de la 35ème assemblée générale de l’ADMD
Rédigé le Vendredi 26 Juin 2015 à 15:06 | Commentaires (0)
Bravo à nos militants !
Bravo à nos militants !

2015_pele_meme_bois_colombes.jpg Affiche de l'ADMD 92  (1.06 Mo)

M. Sylvain Grosbois, délégué pour les Hauts-de Seine Nord
ADMD 92
7/9 rue Jean Baptiste Charcot
92400 Courbevoie
Tél : 06.81.77.95.79
Courriel : admd92nord@admd.net
Rédigé le Vendredi 26 Juin 2015 à 11:37 | Commentaires (0)

Coup de gueule...


Anne-Marie Hannaert
Anne-Marie Hannaert
Militante pour l'ADMD depuis plus de trente ans, je n'ai ni honte, ni peur de dire, de crier ma colère contre le Dr Leonetti. Cet individu, imbu de ses soi-disant prérogatives médicales voudrait dorénavant faire contrôler la rédaction des directives anticipées par des médecins ! …

Mais où va-t-on ? Et la liberté, où est-elle passée, mon cher Charlie ?

J'ai 87 ans, je suis la fille d'un médecin belge qui avait eu, en son temps, le courage de prendre la responsabilité d'agir pour des patients que la médecine était impuissante désormais à guérir et qui lui demandaient instamment de les aider à mourir.

Anne-Marie Hannaert
24600 Ribérac
Rédigé le Jeudi 25 Juin 2015 à 16:46 | Commentaires (0)

Fiasco...


Alors que le Gouvernement – contrairement aux souhaits des Français, aux conclusions du Jury citoyen, à l’engagement 21 de François Hollande – entendait faire voter rapidement par le Parlement une loi de «consensus» sur la fin de vie, réintroduisant dans la loi ce qui existe déjà sous forme de décret, avec des formulations imprécises (le fameux «manifestement inappropriées» concernant les directives anticipées), il vient d’essuyer au Sénat ce mardi 23 juin un terrible fiasco.

La proposition de loi dont la rédaction a été confiée largement à Jean Leonetti a d’abord été profondément remaniée en commission des affaires sociales, pour une application encore plus restrictive de nos droits et de nos libertés, puis a été rejetée lors du scrutin public.

L’Assemblée nationale devra se remettre au travail et l’ADMD fera en sorte que ce soit une véritable loi du choix et de la liberté qui soit soumise au vote final des parlementaires.
Chacun d’entre eux devra prendre conscience de sa responsabilité face aux Français. Déserter l’hémicycle au moment du vote, en signe de non choix pour ne pas déplaire, sera une lâcheté qui sera pointée du doigt et engendrera les drames de fin de vie qui constellent l’actualité française depuis trop longtemps et qui font souffrir ceux que nous aimons.

Pour suivre le processus législatif de cette proposition de loi.
Rédigé le Mardi 23 Juin 2015 à 18:18 | Commentaires (9)

Préparation des prochaines mobilisations autour d'un bon repas !


Le restaurant Carpe Diem, à Coulounieix-Chamiers
Le restaurant Carpe Diem, à Coulounieix-Chamiers
Après l'exposé de nos actions et de ce que nous envisageons d'entreprendre d'ici la fin de l'année, nos adhérents ont échangé et partagé un repas convivial dans la joie de se retrouver.
Un grand merci à nos adhérents qui sont venus nombreux préparer les prochaines actions de notre délégation et nous remercions Jean-Pierre Roussarie, maire de Coulounieix-Chamiers, pour sa présence et son soutien à notre combat.

Mme Dominique Attingré, déléguée pour la Dordogne
18, allée des Vergers
24660 Coulounieix-Chamiers
Tél : 05 53 53 24 27
Courriel : admd24@admd.net
Rédigé le Mardi 23 Juin 2015 à 11:41 | Commentaires (0)

Bonne lecture à tous !


L'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité vous conseille quatre livres à lire pendant la pause estivale !
Ma mort m'appartient. Par Jean-Luc Romero

Jean-Luc Romero lutte pour obtenir le droit de mourir dans la dignité depuis longtemps. Un combat personnel. Confronté à la maladie - séropositif depuis 27 ans -, aux départs précoces de proches, il a pris conscience très tôt de la brutalité de la mort.

Des épreuves personnelles qui l’ont conduit à mener un véritable combat collectif sur la scène politique : il prône un dispositif qui permettrait aux Français de choisir les conditions de leur départ. Une loi que l’ADMD, association qu’il préside et qui rassemble plus de 62 000 adhérents, réclame depuis près de 35 ans et qui, assure-t-il, serait plébiscitée par 96% de l’opinion. Pour lui, les dispositifs actuels, loi Leonetti en tête, ne sont qu’un moyen pour les gouvernements de jouer la montre et d’éviter de prendre de véritables mesures : celle notamment de permettre aux majeurs de bénéficier d’une aide active à mourir, l’euthanasie active ou le suicide assisté.

Dans ce livre d’entretien, Jean-Luc Romero détaille ses idées, explique ses positions, propose des solutions et compare la situation de la France avec celles de ses voisins, notamment le Benelux, pays où l’euthanasie est légalisée depuis plusieurs années.

Date de parution 16/04/2015
Editeur Michalon Eds


VOUS POUVEZ COMMANDER LE LIVRE "MA MORT M'APPARTIENT" SUR LE SITE DE LA FNAC EN CLIQUANT ICI



Rédigé le Lundi 22 Juin 2015 à 12:46 | Commentaires (0)

Comptes Twitter : @JeanLucRomero - @ADMDFrance


Jean-Luc Romero, président de l'ADMD, tiendra à Créteil, une conférence sur la fin de vie le mercredi 24 juin 2015, à 18h00
Rédigé le Dimanche 21 Juin 2015 à 06:53 | Commentaires (0)

Le 16 juin 2015, les sénateurs ont entamé à leur tour la discussion de la proposition de loi Claeys-Leonetti.


La proposition de la loi Leonetti/Claeys sur la fin de vie retoquée par le Sénat !
La commission des affaires sociales du Sénat avait préalablement supprimé la reconnaissance de l’alimentation et de l’hydratation comme des traitements, interdisant par là tout recours « efficace » à une sédation. L’amendement d’intégration dans le dispositif législatif d’une aide active à mourir, comme à l’Assemblée nationale, n’a pas été voté par les sénateurs qui ont, en revanche, modifié le texte pour que la sédation ne soit plus continue jusqu’au décès.

Nous pouvons nous en réjouir car rien n'est encore joué !

Le texte voté le 17 juin par les sénateurs, non conforme à celui voté par l’Assemblée nationale le 17 mars dernier, devra revenir en seconde lecture devant les députés.

Mais quand ? Aucune indication n’est actuellement disponible. Mais nous mènerons une nouvelle fois campagne pour faire reconnaitre la justesse de notre revendication de liberté.
Rédigé le Vendredi 19 Juin 2015 à 11:59 | Commentaires (12)

Cette soirée venait ponctuer la journée passée par notre président avec des sénateurs de tous partis.
Comptes Twitter : @Claude_VdV - @JeanLucRomero


Séance de dédicace du livre "Ma mort m'appartient"
Séance de dédicace du livre "Ma mort m'appartient"
A la question posée servant de fil conducteur à son intervention « Fin de vie : où en est où ? » Jean-Luc Romero a expliqué les réticences de l’ADMD face à la «nouvelle » loi que l’on nous présente comme un progrès majeur.
Il a tout d’abord rappelé la dimension humaine et humaniste de la loi de liberté que nous sommes de plus en plus nombreux à réclamer.
Il a aussi expliqué en quoi les petites améliorations apportées à une loi qui ne fonctionnait pas bien, ne vont en rien améliorer la situation des patients.
La logique de la loi n’a pas évoluée ; le devoir des médecins prime toujours sur le droit des malades

Les trois questions fondamentales que se pose l’ADMD demeurent :
1- l’exigence d’une universalité des soins palliatifs
2- la légalisation de l’euthanasie et du suicide assisté à la demande du patient
3- des directives anticipées réellement opposables.
Rédigé le Vendredi 19 Juin 2015 à 09:38 | Commentaires (0)

Le suicide n’est ni un crime ni un délit et l’«aide au suicide » n’existe pas en droit pénal.
Selon Robert Badinter lui-même – peu suspect d’être partisan de l’aide active à mourir – « il ne saurait être question de pénaliser le suicide ni la complicité du suicide ».


Françoise Rollin, co-responsable de la commission juridique de l'ADMD
Françoise Rollin, co-responsable de la commission juridique de l'ADMD
Il va même plus loin en disant qu’il ne saurait y avoir de provocation au suicide, puisque l’on est libre de se suicider, sauf s’il s’agit « de mineurs ou d’adultes souffrant d’une affection mentale ».

Pourtant, dans une circulaire du 22 octobre 2011, le ministère de la justice détaille à l’attention des magistrats les qualifications qui pourront permettre de mettre en examen le témoin ou l’accompagnant d’un suicide. En particulier, il s’agit de la non-assistance à personne en danger ou en péril.

De quoi s’agit-il ?

L’article 223-6 du code pénal vise le fait de ne pas empêcher un crime ou un délit contre l’intégrité corporelle d’une personne et lui assimile celui de ne pas porter secours à une personne en péril : « Sera puni des mêmes peines quiconque s’abstient volontairement de porter à une personne en péril l’assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours. »

Il n’y a pas, en la matière, abondance de jurisprudence. Et dans les cas recensés, on n’a pas enregistré de condamnation.

Pourquoi ?

Principalement pour l’une des trois raisons suivantes. La première, parce qu’il n’a pas été retenu dans ces affaires d’intérêt personnel dans les intentions de la personne poursuivie. La deuxième, parce qu’il n’y a pas eu d’incitation ni de pression de sa part. La troisième, parce que la volonté de la « victime » a été prise en compte.
Rédigé le Vendredi 19 Juin 2015 à 09:38 | Commentaires (4)
1 2 3 4 5 » ... 187

ADMD-Ecoute : 01 48 00 04 92
Lundi au vendredi de 10h à 19h - samedi de 10h à 12h









Cliquer sur l'image pour consulter nos dessins militants.


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile