Le Blog de l'ADMD - Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité - Ne nous laissons pas voler notre Ultime Liberté

#JeanMercier


L'Association pour le Droit de Droit de Mourir dans la Dignité soutiendra Jean Mercier, le 8 septembre 2016 !
Le procès en appel de Jean Mercier s’ouvrira au nouveau palais de justice de Lyon le jeudi 8 septembre prochain. (67, rue Servient - Lyon 3ème)
Jean-Luc Romero, Hubert Sapin (administrateur et délégué pour le Rhône) et Henri Duchez (délégué pour la Loire et président du Comité de soutien à Jean Mercier) seront présents dès 13h00 pour lui apporter leur soutien et celui de l’ADMD. Un rassemblement avec pancartes et badges est prévu…
Venez nombreux pour dire à Jean Mercier et à son avocat, Me Mickaël Boulay, votre sympathie et leur donner la force d’emporter la conviction du Tribunal.
Il est vraiment temps qu’une loi de liberté permette à chacun de terminer sa vie en dignité…

(Contacts : Hubert Sapin, délégué pour le Rhône, au 04 78 94 32 56, et Henri Duchez, président du Comité de soutien à Jean Mercier, au 04 77 69 66 31)
Rédigé le Jeudi 25 Août 2016 à 10:09 | Commentaires (11)

Réunion nationale


Programme de la 36e Assemblée générale de l'ADMD qui aura lieu le 10 septembre 2016 à Antibes
Palais des Congrès de Juan-les-Pins - 60, chemin des Sables - Antibes

9h15 à 12h00 - Réunion statutaire

• Ouverte aux seuls adhérents de l’ADMD à jour de cotisation et porteurs de leur carte d’adhérent

• rapport moral du président

• rapport d’activités du secrétaire général

• rapport financier de la trésorière

• rapport du commissaire aux comptes

• quitus

• prolongation du mandat du commissaire aux comptes

• définition de la stratégie de l’ADMD pour les prochaines années

13h30 - Rassemblement militant

Rendez-vous devant le Palais des Congrès (angle chemin des Sables) pour revendiquer le droit à notre ultime liberté

Organisé par Jacques Desaunay, délégué de l’ADMD pour les Alpes-Maritimes et Monaco, et l’équipe de bénévoles de la délégation

Drapeaux, banderoles...

14h30 - Réunion publique

Ouverte à tous

En présence du président de l’ADMD, Jean-Luc Romero

de Marie-Christine Barrault, comédienne

de Noëlle Châtelet, présidente du comité d’honneur de l’ADMD

de Mickaël Boulay, avocat de Jean Mercier

de Julien Cendres, écrivain

de Pauline Delpech, comédienne, écrivaine

d’Irène Frain, écrivaine, membre du comité d’honneur de l’ADMD

de Brigitte Lahaie, animatrice radio, membre du comité d’honneur de l’ADMD

de Véronique Massonneau, députée de la Vienne, membre du comité d'honneur de l'ADMD

de Gilles Vervisch, philosophe

et de plusieurs autres personnalités à découvrir...
Rédigé le Jeudi 25 Août 2016 à 10:08 | Commentaires (0)

Décès


Danielle Métreau
Danielle Métreau
C’est avec regret que nous avons appris le décès de Danielle Métreau qui fut la déléguée de l’ADMD pour l’Essonne de juin 2006 à février 2015. Elle assurait également des permanences au sein de l’ADMD-Ecoute depuis plusieurs années. Femme de caractère, engagée, combative, elle était très sensibilisée à la détresse en fin de vie. Jean-Luc Romero, président de l’ADMD, les membres du conseil d’administration ainsi que toutes celles et tous ceux qui l’ont connue au sein de notre association adressent à sa famille leurs sentiments de sympathie émue.

Jean-Luc Romero
Président de l’ADMD
Rédigé le Jeudi 25 Août 2016 à 10:06 | Commentaires (1)

Cette année, la rentrée de l'ADMD s'articulera aussi autour des mouvements politiques...


Rentrée politique : L'ADMD est là !
EELV > Présence des Jeunes sur un stand d'information ADMD du 25 au 27 août 2016 à Lorient.

Parti de Gauche > Intervention du Président de l'ADMD lors d'une table ronde, le samedi 27 août 2016 à Toulouse.

PRG - Parti Radical de Gauche > Présence des Jeunes lors d'un stand d'information ADMD au Congrès du PRG du 3 et 4 septembre 2016 à la Rochelle.

LR - Les Républicains > Pas de réponse à notre demande d'un stand d'information lors du Campus de rentrée

Modem > Pas de réponse à notre lettre

PS > Accord de principe mais pas d'Université...

UDI > Accord mais pas d'université...

Fête de l'Huma > Le même jour que l'Assemblée générale de l'ADMD à Antibes...
Rédigé le Mardi 23 Août 2016 à 18:11 | Commentaires (0)

Témoignage


Fin de vie : "Mon mari avait 51 ans, il est mort dans la souffrance. Il était bon et il ne le méritait pas..."
Mon mari est décédé des suites d'un cancer de l’œsophage (métastasé et généralisé vers la fin) le 23 juin. Il est mort à notre domicile, car après avoir passé quelques jours à l'hôpital, et n'y ayant pas apprécié le confort, il souhaitait vivre ses dernières semaines et instants, dans notre maison, dans notre lit et tout près de moi.
Il est mort un jeudi, en début d'après-midi. Le dimanche précédent il avait eu encore un peu de force pour rédiger, en ma présence, celle des enfants, et avec une infirmière comme témoin signataire, ses directives anticipées.

Notre médecin généraliste, avait entendu aussi sa demande, à plusieurs de ses visites. Ce même médecin nous avait fait adhérer à Resopalid81, réseau de soins palliatifs, afin d'avoir un meilleur contrôle des produits perfusés.
On lui avait installé une pompe à morphine environ dix jours avant son décès car les autres modes d'administration à base de Fentanyl ne le soulageaient plus.

Son décès approchant, les dosages étaient augmentés car il avait très mal. La veille de son décès, en voyant qu'il souffrait j'ai demandé à ce qu'il soit sédaté avec un produit de sédation. On m'a dit que, à cause de la perfusion au Valium, des anesthésiques ne pouvaient pas être introduits, car cela pourrait entraîner la mort! Que la morphine et le Valium arrivaient normalement à mettre la personne en état de sédation. Ils ont augmenté avec prudence la dose de Valium le matin même de son décès. Mon mari souffrait encore. Mon mari, depuis deux jours criait : "Vite, vite, que la mort arrive." Le matin de son décès, alors qu'il pouvait à peine parler, il a réussi à dire "Faut que ça s'arrête, je veux mourir".

J'ai demandé aux docteurs de rajouter encore quelque chose. Ils lui ont perfusé un neuroleptique, il a dormi trois quarts d'heure, d'une respiration laborieuse. Il s'est réveillé pour mourir, dans mes bras, sans docteurs, dans la souffrance, alors que je lui disais, qu'il devait se laisser aller, que le l'aimais, mais qu'il pouvait partir, qu'il pouvait le faire, qu'il pouvait arrêter son cœur. Et c'est comme ça que s'est arrivé. Il a agonisé pendant dix longues minutes, réveillé, péniblement, jusqu'à ce que son cœur s'arrête, j'ai vu ses lèvres devenir bleues.
Rédigé le Jeudi 18 Août 2016 à 11:45 | Commentaires (1)

Un grand merci à l’équipe de bénévoles de l’#AdmdTour qui, encore cette année, a eu un véritable courage pour s’engager plus de 7 heures par jour pendant tout un mois ! Une chance pour notre cause. C’est unique dans le monde…


Bilan de l'#AdmdTour 2016 !
Comme vous le savez, l’objectif de cette tournée unique au monde est d’aller à la rencontre des Français durant l’été, afin de parler de la fin de vie sans aucun tabou, le tout animé par une équipe de jeunes de 18 à 36 ans.

Le but de la 2ème édition était :

• Mieux informer les Français sur leurs droits en fin de vie
• Promouvoir les directives anticipées
• Répondre aux questions sur la fin de vie
• Défendre les valeurs de l'ADMD

23 villes visitées en 2016 (21 en 2015) dans 23 départements du 3 au 30 juillet 2016
10 départements de plus qu'en 2015 et un renouvellement des villes

Les plus de cette année :


Un parrain : Olivier Minne, animateur télé
10 nouveaux départements visités
Renouvellement des villes étapes à 90 %
Une zone directives anticipées plus importante
Plus de participants jeunes
Des vidéos quotidiennes sur Facebook en direct

Pendant la tournée, distribution de :

+ de 700 directives anticipées
+ de 2.000 Brochures d’informations sur les droits des patients
+ de 2.000 Brochures d’informations sur l’ADMD
+ de 5.000 cartes postales
+ de 1.000 distributions de bulletins d’adhésions
+ de 2.000 goodies d’information sur l’ADMD
+ de 10.000 sourires distribués

Nous et vous :

+ de 250 personnes sont venues à notre rencontre par jour en moyenne
+ de 20 jeunes adhérents bénévoles ont participé à la tournée
Rédigé le Mercredi 17 Août 2016 à 13:33 | Commentaires (0)

Illustration


La 36e Assemblée générale de l'ADMD c'est le 10 septembre 2016 à Antibes !
Rédigé le Mardi 16 Août 2016 à 20:14 | Commentaires (0)

Décès


Evelyne Rebuffat
Evelyne Rebuffat
"La délégation de Dordogne annonce la triste nouvelle du décès de notre doyenne. A 91 ans, Evelyne Rebuffat continuait d'assister à nos réunions et de nous encourager dans notre combat. Il faut rappeler qu'elle a été de ceux qui ont créé la délégation de Dordogne en 1983. Cette lutte était primordiale pour elle. Elle s'est éteinte à l'hôpital de Périgueux dans le service de dermatologie, où l'unité ambulatoire des soins palliatifs l'a prise en charge. Souffrant terriblement depuis 5 mois, elle avait exprimé clairement son désir de partir. Ses directives anticipées avaient été renouvelées. Evelyne a été prolongée une semaine par sédation, finalement elle s'est endormie selon les conditions de la loi "Leonetti/Claeys".
Elle était la mémoire de notre délégation. Plus de 30 ans de combat !
Evelyne nous ne vous oublierons pas !"
Rédigé le Lundi 15 Août 2016 à 15:32 | Commentaires (0)

Fin juillet, Betsy Davis a organisé une fête pour dire adieu à ses amis. Quelques heures plus tard, elle mettait fin à sa vie après trois ans de souffrance.


En fin de vie, Betsy donne une fête d'adieu à ses amis - Paris Match
Extrait : Pendant trois ans, Betsy Davis a progressivement perdu le contrôle de son corps. Les médecins lui ont annoncé en 2013 qu’elle était atteinte par la maladie de Charcot (sclérose latérale amyotrophique), qui «retire à une personne la capacité de bouger, parler, manger et, finalement, respirer», comme l’a écrit sa sœur Kelly dans le «Voice of San Diego».

Ne souhaitant pas que la maladie l’emporte et préférant «être libre qu’enterrée dans [son] propre corps», Betsy a donc choisi le suicide assisté, légalisé depuis peu en Californie. Mais avant de prendre le mélange de médicaments qui allait mettre fin à ses jours, l’artiste américaine de 41 ans a choisi de passer un weekend heureux, entourée de sa famille et de ses amis. Début juillet, elle a donc rédigé les invitations et les a envoyées par mail, écrivant à ses invités: «Ces circonstances ne sont pas du tout celles de toutes les fêtes auxquelles vous avez été conviés, et demandent de la force émotionnelle et de l’ouverture d’esprit». La quadragénaire n’avait imposé qu’une règle à ses convives: «Pas de larmes» devant elle, précise l’Associated Press.
Rédigé le Vendredi 12 Août 2016 à 19:19 | Commentaires (0)

Comptes Twitter : @ADMDFRANCE - @JeunesADMD


La 36e Assemblée générale de l'ADMD aura lieu le 10 septembre 2016 à Antibes
Rédigé le Samedi 6 Août 2016 à 21:27 | Commentaires (2)

La loi sur la fin de vie entre en vigueur ce vendredi. Le texte a été adopté en février, après plusieurs années de débats et crée de nouveaux droits pour les patients en fin de vie.


Entrée en vigueur de la loi sur la fin de vie : ce qui change pour les malades - France Info
Extrait : Deux changements pour les malades

C'est d'abord le droit à la "sédation profonde et continue jusqu'au décès", c'est-à-dire un droit de s'endormir avant de mourir pour ne pas souffrir. Un patient atteint d'une maladie grave et incurable cesse alors d'être alimenté et hydraté de façon artificielle et on lui donne un traitement qui l'endort et l'apaise jusqu'à sa mort.

La nouvelle loi renforce également ce qu'on appelle les "directives anticipées". Toute personne majeure et en pleine possession de ses moyens peut rédiger un texte dans lequel elle s'oppose à tout acharnement thérapeutique. Mais jusque-là, ce document n'était que consultatif. Désormais, la directive anticipée devrait davantage s'imposer au médecin. Sauf que la loi prévoit plusieurs exceptions. Le médecin peut, par exemple, ne pas tenir compte de la volonté du patient s'il estime que la directive anticipée est "manifestement inappropriée".

Jean-Luc Romero, président de l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité (ADMD), lui n'est pas convaincu par le texte.

"Un médecin qui a le droit de ne pas appliquer une directive anticipée parce qu'elle est manifestement inappropriée, est lui seul à pouvoir juger, certes avec son équipe médicale mais c'est lui qui décide au final. On voit très bien qu'on a encore mis des moyens pour que la volonté des patients en fin de vie ne soit pas appliquée. C'est une loi sur les devoirs des médecins et pas les droits des personnes en fin de vie et des patients."

LIRE L'ARTICLE EN INTÉGRALITÉ EN CLIQUANT ICI
Rédigé le Samedi 6 Août 2016 à 09:00 | Commentaires (0)

Facebook


Rédigé le Vendredi 5 Août 2016 à 17:37 | Commentaires (0)

Twitter


Rédigé le Vendredi 5 Août 2016 à 10:51 | Commentaires (0)

Twitter


Rédigé le Vendredi 5 Août 2016 à 10:48 | Commentaires (-1)

Après les Jeux de Rio, l'athlète belge Marieke Vervoort mettra un terme à sa carrière et... peut-être à sa vie. Elle envisage très sérieusement l'euthanasie.


Après les jeux paralympiques, l'athlète Marieke Vervoort envisage l'euthanasie - Le Parisien
Extrait : Marieke Vervoort fait partie de ces athlètes paralympiques, inconnus du grand public, qui réalisent l'exploit chaque jour. Sa maladie dégénérative, qui paralyse ses jambes et lui cause de terribles souffrances, n'empêche pas la Belge d'avoir une carrière de sportive de haut niveau, au palmarès marqué par trois titres mondiaux en course en fauteuil roulant.

« Quand je m'assieds dans mon fauteuil de compétition, tout disparaît, confiait la sportive, son regard gris déterminé planté dans les yeux du journaliste de France 2. J'expulse toutes les idées noires, je boxe la peur, la tristesse, la souffrance, la frustration. C'est comme ça que je remporte les médailles d'or. »

« Tout le monde me voit rire avec ma médaille d'or, mais personne ne voit la face sombre, confie-t-elle. Je peux souffrir énormément, parfois ne dormir que dix minutes par nuit, et quand même aller chercher l'or. » Plusieurs fois par jour, la blonde platine revient de ses évanouissements grâce à sa chienne qui lui lèche le visage jusqu'à son réveil. Quand le soleil se couche, la douleur ne s'endort pas et provoque les hurlements de souffrance de Marieke Vervoort. « Et je dois continuer à m'entraîner, affirme la native de Diest, au cœur de la Belgique flamande. Pour les autres, s'entraîner c'est normal. »

LIRE L'ARTICLE COMPLET SUR LE SITE DU PARISIEN EN CLIQUANT ICI
Rédigé le Mardi 2 Août 2016 à 21:36 | Commentaires (0)
1 2 3 4 5 » ... 217


ADMD-Ecoute : 01 48 00 04 92
Lundi au vendredi de 10h à 19h










Cliquer sur l'image pour consulter nos dessins militants.


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile